En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.
Berry-Touraine

Risques lors de l'accès à l'intérieur des cellules a grains

Mis à jour le 28/06/2012

Les accidents qui se produisent dans les cellules à grains sont mortels dans la majorité des cas alors qu'ils pourraient être facilement évités en respectant les consignes de sécurité.

Les risques d'accidents

1er risque : la chute
Le risque de chute de hauteur peut survenir lors de l'accès par le haut dans les cellules et boisseaux pour différentes tâches (nettoyage des parois – prise de température – prise d'échantillons – etc…). Les hauteurs de cellules peuvent être particulièrement importantes : de 5 à 10 mètres pour les petites cellules (silos d'exploitation agricole) et de 15 mètres et plus pour les cellules de coopératives ou négociants. Ces accumulateurs de matières sont la plupart du temps munis d'échelle de type « dos au mur », les échelles à crinoline ne résistant pas à la pression du grain.
En ce qui concerne les silos d'exploitation, les échelles fixes sont remplacées par des échelles mobiles très dangereuses si elles ne sont pas munies de crochets ou de tout autre maintien.
Il est à noter que lors des nettoyages des parois, l'opérateur se met souvent en danger : en effet, il n'est plus protégé par ces échelles fixes lorsqu'il doit faire le tour de la cellule.
 
2ème risque : l'ensevelissement
Lors du nettoyage des parois, l'opérateur n'est pas sécurisé et marche sur la masse de grains afin de faire le tour de la cellule, au fur et à mesure de la vidange de celle-ci. Il peut alors se passer le phénomène suivant appelé "effet voûte" : lors de la vidange de la cellule, si le grain a chauffé, celui-ci peut faire masse et provoquer une voûte et par conséquent un vide sous celle-ci. Par le poids de l'opérateur, cette voûte peut céder et l'ensevelir. Autre risque lors de la vidange : si on marche sur la masse de grains, celle-ci peut faire l'effet d'un sable mouvant, pouvant ensevelir rapidement l'opérateur.
 
3ème risque : l'intoxication et la perte de connaissance dues au gaz carbonique (CO2)
Le grain, pour des raisons climatiques, peut être stocké avec un degré d'humidité important, provoquant le dégagement de gaz carbonique (c'est un gaz incolore, inodore et plus lourd que l'air). Lors de l'accès sur la masse de grains humides (stockés pendant une durée plus ou moins importante), l'opérateur peut perdre connaissance en une seule inspiration et tomber dans la zone ne comportant que du gaz carbonique, entraînant une mort par asphyxie.